19 décembre 2007

Terra episode 1

Année 3132 Rapport sismologique 1435 sur les failles 14, 24 et 3 activité en augmentation risque imminent.

Héléna Marsania est la scientifique qui a en charge la surveillance de l'activité de la planète. L'arrivée de l'homme et l'activité minière a changé petit a petit l'écosystème de la planète. Quelques points d'eau sont apparus mais c'est surtout l'activité sysmique de la planète qui s'est remise en marche. Et aujourd'hui avec son rapport Héléna en a confirmation.

Bon ma chère Héléna tu n'as plus d'autre solution prévenir le gouverneur. Héléna sorti de son bureau et se dirigea d'un pas décidé vers le bureau du gouverneur. Les labos étant une partie à part entière du complexe, il fallait qu'Héléna enfile sa combinaison pour pouvoir sortir, puis prendre au garage le véhicule solaire et se diriger vers le complexe principal ou se trouvait le gouverneur. Héléna mit une heure pour arriver devant le bureau du gouverneur. Grâce à ses différents laissé passé du à son rang elle pu facilement accéder à Arnold Marsegger. • Monsieur le Gouverneur mes respect. Allons Héléna tu peux m'appeler Arnold • Bien, Arnold je viens te voir avec le dernier rapport sysmique et ce n'est vraiment pas terrible. Une catastrophe est imminente. • Imminente comment? Comme la dernière fois où ce petit lac de 50m² est apparu...

Un léger tremblement se fit sentir le verre d'eau de Marsegger tomba sur le sol, les sirènes se déclenchèrent puis une vague violente de secousse se fit sentir les vitres du bureau volèrent en éclat. Une partie de la structure se déssouda en créant une fissure par laquelle s'échappa l'oxygène. Les robots d'entretien se mirent directement en fonctionnement et s'occupèrent de ressouder les fissures. Une fois les secousses calmées Héléna se releva.

Imminente comme ça monsieur le gouverneur.

Une nouvelle secousse se fit sentir beaucoup plus légère. Une nouvelle alarme se déclencha.

Mais qu'est ce qui se passe encore. L'écran de Marsegger s'alluma.

Gouverneur vite la deuxième vague de secousse s'est produite dans la mine elle s'est complètement éffondrée sur elle même, beaucoup d'hommes bloqués et beaucoup de ressources éjectéés à des kilomètre à la ronde sans aucune prote....

L'écran était devenu bleu le gouverneur essaya vainement d'entrer en contact avec l'ingénieur Sims Marsoula mais la communication semblait coupée.

    Depuis quelques années maintenant, la Lune, devenu Terre 1 suite au grand cataclysme est devenu une colonie riche et productive. Au fil des ans, un lien très fort s'est tissé entre les résidants de l'ancienne lune et ceux de Mars, renommé depuis terre 2. Toute l'économie et les ressources humaines étaient traitées sur la colonie. De l'eau, en quantité insufisante sur Terre 2 au Philrinum, un minerais pouvant épurer pratiquement toute les sources de radiation. Ces radiations sont toujours à l'heure actuelle la principal cause de mortalité sur les deux colonies.

    Nykoz Zykosar venait d'être élu à la présidence de la colonie de terre 1, l'ancienne lune et satéllite naturel de la Terre. Il y a tout juste deux mois, Nyloz gagnait les élections d'une courte majorité et devenait de ce fait président de Terre 1 pour un mandat de 3 ans. Il avait surtout remporté les élections sur l'idée de la création d'un grand état "humain" rassemblant sur une même banière les habitants de Terre 1 et Terre 2. Il est vrai qu'il exciste une véritable symbiose entre les deux colonies. L'ancien Mars ayant un très grand besoin de minerais et d'eau, l'ancienne lune avait besoin de nourritures et d'espace pour sa population. Mais, même si commercialement Terre 1 et 2 se completaient à merveille, il n'y avait pour ainsi dire aucun contact diplomatique sérieux entre les deux astres. C'est ce qui inquiétait Nykoz, il ne savait pas comment allait réagir Arnold Marsegger à sa demande de fusion et à la création d'une super puissance. Le nouveau président avait aussi beaucoup de mal a réaliser le poid de sa charge,

    chaque jour il allait de surprise en surprise, faisant les cents pas dans son grand bureau trapèzien.

    Patricia la secrétaire de Nykos pénétra dans le bureau du président. Elle semblait fort agité et donnait l'impression de ne pas avoir le contrôle de ses mouvements. Puis elle se mit à parler. Son visage était emplis de terreure

    Monsieur quelqun veut vous voir!

    Nykos voulut se lever et demander ce qu'avait Patricia mais il ne le put. Nykos avait l'impression que des centaines de mains exercait une pression sur lui pour qu'il reste assit. Il essayat de lutter de toute ses forces mais l'étreinte se faisait de plus en plus forte. La peur s'insinua doucement dans le corps de Nykos. Il sentit tout d'abord l'adrénaline se répendre dans son corps, son estomac devint douloureux, son ritme cardiaque s'accèléra.

    Une personne vétu de noir entra dans le bureau. Il était grand immensément grand. Il faisait plus de 2 m 15 chose extraordinaire pour les gens qui vivait dans l'espace car ceux-ci avait tendance à rétréssire du au manque d'apesanteur. Son visage était caché par un haume qui portait une fente bleutée au niveau des yeux. cet homme était un Apôtre, membre de cette civilisation partie quelques siècles plus tôt pour coloniser la galaxie. Au départ, leur nom était issu d'une blague d'un journaliste. Il les avait appeler les Autres de l'après (cataclysme) partis sur treize vaisseaux Voyager afin de coloniser ce qui pouvait l'être... Au fil du temps ils ont aquis une grande connaissance sicentifique et technologique, mais aussi une grande sagesse et un certain penchant pour le religieux. Ils interprètaient d'ailleurs à leur guise tout signe naturel.

    L'apautre allat s'installer sur le siège devant Nycos. Zycosar commença a avoir du mal à respirer il pensait que cela était du à la sensation de pression mais très vite il identifia cela par un manque d'oxygène dans la pièce. Il jeta un regard rapide sur l'écran,ou il pouvait lire différentes données les muscles de ses yeux étant encore les seul à bien vouloir fonctionné.Le pourcentage d'oxygène était tout à fait normal dans la pièce, peut être un demi pour cent en dessous de la moyenne, mais tout était normal. Son regard fut alors attiré par Patricia qui s'éffondra. Nycos vit que l'apotre n'avait nullement réagis à ce fait. Puis Nycos commenca à sentir sa bouche devenir sèche sa gorge et son nez commencèrent à le bruler, il avait l'impression que des grain de sable entrait dans sa gorge pour venir se loger dans les poumons. Les chiffres sur l'écran commencèrent à s'affoler il dégringolait jusqu'a atteindre le chiffre zéro. L'écran indiquait, ALERTE ALERTE, mais aucune alarme ne se déclencha. Nykos terrifié regarda l'apautre il avait de plus en plus de mal à garder les yeux ouverts.

    L'apautre parla

    Ai je votre attention.

    Avant que Zykosar ait eut le temps de répondre tout était redevenu normal. Le taux d'oxygène était à son niveau et il ne sentait plus la pression de ces centaines de mains sur son corps. Il était éffrayé et en nage.Ce qui le frappa le plus lorsque l'apautre s'adressa à lui c'est qu'il avait une voix tout à fait normal cela était étrange de par la présence du casque qu'il portait sur la tête celle-ci aurait du être déformée.

.Zykosar dégluti, repris une position correcte. Son assurance qui lui avait permis de grimper les échellons de la société si vite en partant de rien revint au galop.

Effectivement vous avez mon attention mais sachez que je ne m'adresse jamais à quelqun qui cache son visage et don je ne connais pas le nom.

L'apautre sembla méditer quelques instants.

Sachez que je nous apautre nous ne nous découvront que lorsque nous sommes seul, car ce serait un sacrilège de montrer la beauté de notre visage à des être inférieur et nous ne voulons pas choquer nos frères par notre laideur.

Les propos que venait de tenir l'apautre avaient de quoi déstabilisé mais Zykosar n'y préta plus attention.

Et concernant votre nom?

.

"Je m'appelle Saint Benoit de Dalgor, et je suis venu ici pour vous aider"

Le silence ce fit à nouveau dans le bureau. Zykosar resta un long moment la bouche entrouverte sans pouvoir dire un mot. Il n'en revenait pas du nom il faisait obsolète venu d'un temps révolu et en même temps il faisait horriblement prétentieux. Finalement il osa à nouveau rompre le silence.

Pourquoi un tel nom? Pourquoi vous appelez Saint?

"Nous, les apautres, sommes des êtres illuminés et sages, nous nous accordons le titre de saint après une année de méditation."

Le président Zykosar plissa les yeux, il essaya de faire le point sur les dernières dix minutes qui venait de se passer. Soudain il se souvient de l'autre partie de sa phrase et il se reprit.

"vous disez que vous pouviez m'aider? En quoi?"

Saint Benoit se leva brusquement, joignit les mains, comme pour faire une prière. D'une voix calme et profonde il commença son explication.

"Monsieur le président, je suis ici car dans quelques minutes vous recevrez un appel vous annonçant une catastrophe sur Mars. Ni vous, ni le gouvernement de Mars n'êtes prêt à envisager les conséquences de ce drame."

En même temps dans l'espace sur un vaisseau terranien, le préposé à l'écoute radio, le soldat Guibs, capte un faible message directement il l'enregistre.

Lieutenant on vient de capter un message d'alerte qui provient de terre 2.

Passez le moi

Gibs enclencha le système lazer qui permettait d'envoyer des images dans n'importe quel endroit du vaisseau. Le lieutenant pu alors voir le même message qui était adressée au gouverneur de terre 2,

Et bien mes cher guerriers je pense que l'on a besoin de nous, pour aller ramasser toutes les ressources éparpillées sur terre 2. Enclenchez le code jaune et n'oubliez pas pas de quartier. L'ordre fut également donné au six autres vaisseaux qui composaient cette petite flotte. Vingt minutes plus tard les sept vaisseaux étaient en phase de decente. Une fois qu'ils eurent passé la légère athmosphère de terre quatre des sept vaisseaux se mirent à faire un premier tir de couvertures pour permettre aux trois autres de pouvoir ramasser les différentes ressources éparpillée

Les vaisseaux c 273, f 459 et k 0 se posèrent sur terre 2

Les vaisseauxc 273, f 459 et k 0 se posèrent sur terre 2, les 54 soldats des trois vaisseaux sortirent. A leur commandement le Lieutenant Comos.

Section 1, 2 et 3 en ligne, tir à genoux ! Section 4, 5 et 6 allez ramassez les ressources !

A peine les ordres furent ils donnés que tous les soldats se mirent en route, le lieutenant Comos était fier de lui. Il était sur le plateau de l'élévateur du vaisseau k 0 et regardait ses hommes , il mesurait 2,65, une taille moyenne pour un terranien et devait peser dans les 280 kg. Sa peau était bleu avec un leger reflet vert. D'apparance le lieutenant Comos faisait 30 ans alors qu'il allait sur sa 58ème année de vie. Les radiations terraniéne avaient eu que peu d'effets sur lui, gosse de riche il a grandit dans les quartiers les plus protégés et les moins irradiant. Il n'avait pas subit de nouvelle mutation déformatrice ou dégénératrice comme l'avait subi un bon nombre de ses soldats qui en plus voyaient leur durée de vie diminuée.

Les gardes de la sécurité de Terre 2 mirent un longt moment avant de se mettre en place. Il fallait qu'ils enfilent leur scaphandre, prennent leurs armes et sortent. Les scaphandres n'étant pas prévu pour le combat, cela ralentissait considérablement leur manoeuvre. De plus, beaucoup d'entre eux étaient encore sous le choc des tremblements de Terre 2. les cinq premiers gardes n'eurent pas le temps de mettre un pied en dehors du complexe par la porte Sud que ceux-ci se firent transpercer par les projectiles des terraniens. Les gardes se replièrent tout en tirant quelques coups en direction des terraniens, ce qui eut pour effet de les amuser. Une deuxième vague d'assaut de gardes surgit par la porte Est et Ouest en vue d'essayer de prendre les terranien en tenaille. La réaction de terranien fut immédiate les deux ligne à l'extrème firent un léger mouvement pour faire ¾ face à leurs

ennemis. Les terraniens de la quatrième section arrivèrent près des premières caisses de philirinum. Le capitaine Urry savait qu'il devait tout de suite prendre le dessus sur ses hommes, la vue de caisses de philirinum rendait généralement les soldats fou. Pour eux avoir accès à ses caisses c'était pour eux un moyen de protéger leur famille et généralement les soldats se battaient entre-eux pour pouvoir voler quelques kilo de philirinum. Le capitaine Urry avait même vu des cargaisons complètement détruites suite à des combats acharnés entre soldat et sous officiers.Il ne pouvait pas se permettre un tel gâchis, il fallait qu'il montre ce qu'il valait à ses officiers. Comme il s'en doutait dés que le premier soldat vu ce qu'il était marqué sur les caisses, le capitaine se jeta sur lui et il l'attrapa par l'arrière du scaphandre. Le soldat de deuxième classe Ovonoff etait très petit 1 m68 et il devait faire dans les 75 kilo contre les 2 m 50 du capitaine et ses 175 kg. Il le souleva, se retourna devant ses hommes et il le désintegra à l'aide de son arme. -Nous sommes ici pour ramener ses caisses au vaisseau je ne tolérerai aucune dérive aucun vol, ni aucune bagarre. Le capitaine lanca sur le sol de Terre2 les reste de la combinaison du soldat. - Au travail

Pendant ce temps sur Terre 1, Nykoz Zykosar et l'apautre Saint Benoit était toujours dans un des bureaux annexes de la présidence.. Il n'en revenait pas de ce que Saint Benoit lui déclarait. Il convoqua immédiatement ses conseillers et essaya de contacter Terre 2.

La seule réponse qu'il reçu du cellulaire officiel fut brève et incomplète. Le seul lien direct entre le président Zykosar et le gouverneur de Terre 2. Contrairement à ce qu'il s'attendait, son interlocuteur était un obscure secrétaire lui annonçant un tremblement de terre et l'invasion de terraniens.

A ces mots Zykosar devient pâle et mal à l'aise. Son esprit était envahi de questions. comment ce faisait-il que ce mystérieux Apôtre était au courant d'une telle chose avant lui ? Si les terraniens s'emparaient des réserves de philirium. L'avenir même des deux colonies pourrait être remise en cause. L'heure était grave. Il fallait agir.

- Bien vous avez toute mon attention si vous êtes ici pour l'aider que devons-nous faire?

Saint Benoit souris et prit la direction de la porte. Juste avant d'ouvrir celle-ci il se retourna vers le président et lui lança:

  • je vous attends dans la salle d'embarquement, prenez avec vous une escorte de 200 hommes et du matériel de secours. Quoi que vous fassiez vous arriverez trop tard pour sauver le minerais. Votre seule chance est de me suivre aveuglement.

Sur terre2 les soldats se mirent au travail pendant qu'a une centaine de mètre le combat faisait rage.Le capitaine Urry se retourna pour voir comment se passait les combats, il vit que la deuxième section se faisait décimérent, les gardes n'étaient pas si mauvais que ça, ce qui l'inquiétait c'était le manque de réaction de son supérieur. De là où il était il ne pouvait le voir que de ¾ dos, il voyait le lieutenant Comos regarder la scène de combat sans bouger, comme un spectateur qui se délècte du spectacle qu'on lui offre. Urry posa sa main sur le bouton de sa radio pour communiquer sur ondes privées avec son supérieur, mais il n'enclencha pas le bouton. Comos était son supérieur il devait savoir ce qu'il faisait, il avait surement un meilleur angle de vue sur les hostilités. Il se retourna et vérifia que ses soldats ne se battaient pas. Ils étaient tous occupés soit à remettre les ressources dans des caisses, soit ils allaient chercher des caisses pour les rassembler en vue de les embarquer en une fois.

Dans le bureau du gouverneur, 5 hommes de sa sécurité rapprochée avaient fait irruption. Sans un mot ils avaient saisi le gouverneur en vue d'appliquer le plan H 26, évacuation et mise en sécurtié

du gouverneur. Marsegger essaya de protester de résister.

Mais enfin monsieur que faites vous?

Laissez-moi je dois prévenir Terre 1, nous avons besoin d'aide.

Ne vous inquiétez pas Monsieur, Georges Marsegence restera pour prévenir Terre 1. Nous devons vous mettre en sécurité.

Marsegger essaya encore de protester mais ce fut en vain, il n'eut plus aucune parole jusqu'à l'embarcadaire privé du gouverneur. Il ne pouvait même pas essayé de résister car il ne touchait plus le sol. Marsegger se sentit tout petit, c'était la première fois qu'il était face à une situation de crise de cette empleur et qu'il ne pouvait prendre aucune décision. Il devait attendre d'être mis en sécurité et puis seulement reprendre son rôle de chef. Diverses idées lui traversèrent l'esprit, ma femme, fmon ils, mon frère;où sont il? Qu'adviendra-t-il de terre2 si je ne suis pas mis en sécurité. Et si c'était un poutch en vue de déstabiliser le début d'alliance avec terre 1. Marsegger n'eut pas le temps de répondre à toutes ses inquiétudes qu'il se retrouva à l'ambarcadaire. Sa femme, son fils, son frère et la gouvernante de son fils étaient aussi présent, ils étaient déjà occupés d'embarquer dans le Mars Force 1. Mars Force 2 contenant les autres dirigeants étaient déjà prêt à partir. Le gouverneur fut reposé à terre, et on l'invita à rejoindre le vaisseau. Lorsque le gouverneur mit la main sur la rampe d'accès du vaisseau une alarme retentit.

Saint Benoit força presque Zykosar à entrer dans son vaisseau de commandement le "royal" Son équipe était abasourdie. Un apautre inconnu entre dans le bureau du président et moins d'une heure après ce dernier part avec deux cents hommes à la rescousse des habitants de Terre 2. Ils ne savaient pas que penser. En général, les apautres ne prennent pas contact avec les colonies et quand cela se passait malgré tout, c'était toujours de façon informelle, sans intervenir dans le déroulement de leur vie. Une sorte de visite de bon voisinage, avec le mépris et le dédain en plus.

Dans le Royal, Zykosar réussi quand même à faire monter deux de ses plus proches conseillers, le ministre des relations extra-lunaire Jean Charles Van d'Hamme et le chef de la défense Yvon Letrame. Ils partirent donc, en direction de la colonie de Mars.

A mi chemin, Saint Benoit se mis à hurler

- Non, non Mais vous êtes incroyablement lent. L'apautre tapait des pieds sur le sol de la grande salle de réunion. Il s'approcha de Zykosar d'un pas fou et lui hurlait des choses incompréhensible.

- Vous ne comprenez pas? Le temps est compté! Vous êtes des larves!

Le regard de zykosar était perdu, il cherchait de l'aide de ses ministres, mais personne n'intervient. Tous étaient subjugués par la voix et les expressions de Saint Benoit.

Soudain, la voix du pilote du Royal se fit entendre à l'interphone.

- Monsieur le président venez voir c'est urgent.

Zykozar ne perdit pas de temps pour arriver dans la petite pièce qui servait de cabine de pilotage. Là le pilote lui exposa la situation:

- Monsieur, j'ai des données provenant de Mars, la croûte terrestre se fissure sur tout le globe.

Zykozar était perplexe. Il n'osait pas comprendre ce que le pilote voulait lui dire

- Que voulez-vous dire, pilote?

  • Que Mars se coupe en deux morceaux. Et que si nous ne voulons pas être pris dans l'explosion

nous devons faire demi-tour.

A ce moment-là Saint Benoit entra dans la pièce plus fou de rage que jamais

- Ce n'est pas possible ! Vous êtes des imbéciles !

Zykosar se retourna vers lui et le frappa au niveau du casque, un geste réflexe d'un homme plein d'assurance qui se doit de gérer la situation et les hommes qui sont près de lui.

- calmez-vous ! lui dit-il.

- Vous avez osé toucher un saint ? Soyez maudit ! désormais vous êtes tous perdu.

Saint Benoit plongea la main dans une de ses poches à l'intérieur de sa veste. Il en sortis une petite télécommande, dessus zykosar pouvait apercevoir deux boutons et un petit écran. L'apautre composa une série de code et disparu.

Tous dans le vaisseau ont pu entendre

    - Soyez maudit, Priez pour que votre néant ne dure pas

    quelques secondes plus tard, Mars explosa, Le Royal eu juste le temps de passer en hyperespace... pour finir son trajet dans une étoile.

Année 2251 sur la colonie lunaire, le moment qui était définit comme nuit, fut brisé par un cri. Dans le couloir L dans la chambre 212 un homme venait de se redresser dans son lit. Il venait de faire un horrible cauchemar qui lui semblait plus que réaliste. Le seul moyen pour lui de s'en sortir avait été d'hurler de toute ses forces et à en croire les bruit dans les autres chambres son cris avait été réel.

L'homme se releva se dirigea vers un meuble en métal et il en sorti un petit sechet transaparant de 50 cl. Le sachet était muni d'une petite pipette qui lui permettait de boire l'eau que contenait le sachet. Il posa le petit sachet sur le meuble.

Arnold Egger est le commandant de l'expédition qui partira dans douze jours pour un long voyages en vue de coloniser Mars.

Posté par nanardbe à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Terra episode 1

Nouveau commentaire